Les écrits de la prêtresse

Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Les écrits de la prêtresse

Message par Hysis Aquamis le Mar 30 Juil - 12:56

Il s'était passé pas mal de temps depuis cette histoire du combat contre le phénix. En fait on était passé en l'an 183, j'en avais profité pour sympathiser un peu plus avec Sorella, je pense qu'on était grandes amies maintenant. Elle comptait devenir une prêtresse comme moi, je l'avais beaucoup inspiré visiblement. Et alors qu'une première lune passa tranquillement au sein du temple, ma soeur, Heilys vint me trouver dans mes appartements pendant que je caressais Rorium. Elle m'expliqua brièvement que nous étions convoquées à la cité d'Elispar, même si à la base c'était à Malasore le gardien de Dunriaks qui devait s'y rendre, il était trop occupé pour y aller, et en voyant les capacités que j'avais utilisé contre le phénix, il m'avait recommandé. Ma sœur avait décidé de venir avec moi, après tout pourquoi pas l'Ondine pensait sûrement qu'elle pourrait m'aider dans cette mission. Nous prîmes donc un navire en direction de la cité d'Elispar, cité des magiciens.

Le voyage fut de courte durée, mais allant rarement en dehors de la cité d'Ondinus, j'en profitais pour admirer le paysage, de l'eau à perte de vue, certes mais l'air marin était... Reposant d'une certaine façon. On finit par arriver à destination, et nous rejoignîmes le point de rendez-vous qui avait été fixé dans la grande bibliothèque de la ville. Je fus surprise de retrouver des têtes connues : Gaeron, Thalgor, et Rol-Vunshi avait été également convoqués. Je vis aussi de nouvelles têtes, un certain assassin nommé Rashad était présent, mais semblait l'être de manière clandestine. Et il y avait cet hybride loup envoyé par Herzat, il était un peu effrayant, mais pas malveillant.

Les écrits de la prêtresse 7bec9610

Lusael vint peu après, il nous expliqua que le sceau que les aventuriers avaient trouvé précédemment dans les montagnes de Cotobro, étaient impossible à reproduire. Enfin pour la cité d'Elispar, car après nous avoir annoncé cette mauvaise nouvelle, Lusael nous en donna une bonne ! À l'origine, c'est un membre du Ka-Tet du premier roi de Cotobro qui a créé les sept sceaux, bien évidemment il est mort mais il a eu une descendance de magicien tout aussi talentueux que lui ! Bal'duth Azur. Il nous indiqua où il vivait avant de nous confier qu'il a déjà affréter son plus beau navire pour nous faire partir en direction de son île. Je vis sur le visage de Rol-Vunshi que ça ne lui plaisait pas de se déplacer en bateau, il devait estimer qu'en sa qualité de roi un aéronef serait mieux. Personnellement cela m'importait peu, je ne sais pas pourquoi il ne nous avait pas confié d'aéronef d'ailleurs, peut-être voulait-il qu'on soit discret, étant donné qu'on allait être proche du royaume de Mids, et personne ne savait ce qu'il se passait là-bas...

Le voyage ne dura pas longtemps, quelques jours tout au plus. Une fois arrivés sur l'île, je sentis une atmosphère oppressante, comme si nous n'étions pas les bienvenus ici... Le fait qu'on ne voit personne dans le manoir n'arrangeait rien du tout. Ce dernier possédait un rez-de-chaussée, une cave et un étage. En fouillant le rez-de-chaussée, on ne trouva rien du tout, et surtout personne. Moi, Rol-Vunshi, Thalgor et 42 nous montâmes à l'étage pour voir si on y aurait plus de chances, tandis ce que ma sœur suivit Gaeron, Virion et Rashad. Je crois qu'elle souhaitait avant tout bénéficier de sa protection, mais le fait qu'elle le suive partout irait sûrement apporter de drôles d'idées dans la tête du roi... En fouillant les pièces à l'étage je finis par découvrir une feuille avec quelque chose de marqué dessus. Ça semblait indiqué que le royaume de Mids en avait après Bal'duth. J'apportais la note à Rol-Vunshi qui la lit dans sa tête. Nous redescendions, mais un intrus vint se joindre à nous. Autant dire que devant Virion il ne fit pas le malin et vida rapidement son sac : Bal'duth était retenu dans une caverne qui se trouvait sous nos pieds, Thalgor le tint fermement et l'emmena avec lui pour qu'il nous montre l'entrée. Qui était en fait caché sous une tombe. Nous pénétrâmes dans la grotte sombre...

Les écrits de la prêtresse Cavern10

Mais nous fûmes immédiatement accueilli par une horde de squelette ! L'assaut ne dura pas longtemps ! En effet, avec nos attaques combinées, les squelettes sont vite revenus à l'état de poussières. Nous avons progressé le long de ces couloirs obscurs qui n'était pas éclairés. L'odeur de mort y était presque insupportable, et je me retins de vomir. Les squelettes revinrent, cette fois ils nous avaient attendus dans un endroit qui n'était pas à notre avantage ! Et bien que nous avons pu repousser leur attaque une fois de plus, Heilys était recouvert de sang, et le mien n'en fit qu'un tour quand je saisis que ça ne pouvait être que le sien. Aussitôt je lançais mon sort pour soigner toute la troupe, et 42 vint utiliser un de ses kits pour soigner ma sœur. Je lâchais un soupir de soulagement, et nous nous remîmes en route.

Alors que nous semblions toucher la fin de la grotte, nous entendîmes derrière nous le bruit des squelettes qui se rapprochait. Fort heureusement, devant nous se présenter une paroi haute d'un mètre ou deux, leurs pauvres articulation ne leurs permettraient pas de monter. Gaeron étant le plus costaud aida tout le monde à se hisser sur la paroi, et monta derrière nous, pendant que les squelettes qui grouillaient en bas poussèrent des cris de rage ! On avait enfin atteint le fond de la grotte, et ça n'était pas pour me déplaire. Mais ma joie fut de courte durée lorsqu'on aperçu un orc qui paraissait assez robuste, ainsi qu'un loup qui semblait être assez féroce pour nous opposer résistance. Et bien évidemment, nous pûmes voir Bal'duth derrière des barreaux, c'était ces salauds qui le retenait prisonnier ? Peu importe, puisqu'ils nous repérèrent, un combat sans merci s'engagea alors, nous laissions Virion s'occuper de son congénère, et nous foncions sur l'orc.

Musique du combat:

Autant dire que nous étions en surnombre par rapport à eux. En plus nous avions eu l'occasion de nous échauffer et pas eux. À vrai dire j'étais restée en arrière avec Rol-Vunshi, les autres devant se débrouiller très bien. Je vis Virion crever les yeux de son congénère, et l'orc avait réellement du mal à résister aux assauts de Thalgor et Gaeron. Tout était favorable pour nous, jusqu'à ce qu'une voix retentisse :"Cessez-vos attaques ou je le tue !" Nous aperçûmes une femme qui n'était pas là jusqu'à présent, derrière les barreaux qui tenait une dague sur la gorge de Bal'duth. Elle tenait une étrange orbe dans les mains, qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Discrètement, Rol-Vunshi décocha un fléchette paralysante sur la jeune fille. Et le coup fut bien porté, puisqu'elle lâcha Bal'duth en convulsant, cependant elle lâcha également l'orbe qui éclata au sol. Une fumée violâtre s'en dégagea, et sembla rentrer dans le corps de l'orc.

Gaeron acheva la demoiselle pendant qu'elle était au sol, Virion acheva le loup et l'orc fut tué peu après. La fumée en sortit immédiatement et tenta de rentrer dans le corps de Thalgor qui résista à son emprise. Nous découvrîmes l'identité de la créature : c'était une liche !

Les écrits de la prêtresse 622c63c55fcbfc06505e6327b6174471

Rol-Vunshi fonça aider Bal'duth à refaire un sceau de fortune pour renfermer la bête pendant que nous l'occupions. Elle invoqua quelques squelettes du sol et se préparer à se reformer en brume. Avant qu'elle ne puisse le faire, je lui envoyer un puissant sort d'eau en pleine figure qui le déstabilisa. Cependant il se ressaisit rapidement et réussi à pénétrer dans le corps de Gaeron. Armé de l'épée du Ka, il fonça sur Thalgor heureusement pour ce dernier il rata son coup. Au moment où il ressortit du corps de Gaeron nous l'avons bombardé de coups, permettant à Rol-Vunshi et Bal'duth de l'enfermer à nouveau vu que nous l'avons assez affaibli. Plutôt satisfait, nous ressortions de la grotte. Rol-Vunshi voulait garder la liche pour l'étudier. Moi et Heilys nous étions totalement contre, et le magicien l'était aussi, mais Virion sûrement un peu énervé qu'il aie collectionné des peaux de loups l'assomma pour qu'il comprenne à qui il avait à faire.

Nous l'avons donc reconduit dans son lit et avons attendu à son chevet. Quand il se réveilla nous lui expliquions tout, la raison de notre venu. Il nous remercia de l'avoir sauvé et accéda à la requête de Rol-Vunshi, mais vraiment à contre-cœur. Voulant un laboratoire plus grand pour expérimenter, il repartit avec nous à la cité d'Elispar alors que les autres regagnèrent leurs royaumes respectifs. Moi, je revins dans la cité d'Ondinus. J'entendis des rumeurs comme quoi il y aurait une recrudescence de suicides et de meurtres au sein de Gaïa. Je crus comprendre que tout ça était la faute d'un culte, le culte de Procrafis. En me renseignant j'appris qu'il provenait de Pandora. Gaïa se portait beaucoup plus mal que je croyais. Je ne pouvais pas la laisser sombrer dans le chaos et les ténèbres mais je sais bien qu'il allait falloir que je quitte le temple d'Ondine, l'ordre ne me laisserait pas agir à ma guise tant que j'y resterai. Très bien, je pris ma décision. Je me suis rendu devant la salle des prières où se trouvait la Grande Prêtresse, et lui expliquai absolument tout.

Elle hocha la tête à chacune de mes paroles, et me lança un regard approbateur. Elle comprit tout et m'encouragea pour la suite. Je rendis mes vêtements, mon bâton, tout ce qui pouvait appartenir à l'Ondine. J'écrivis une petite lettre à l'attention d'Heilys, lui expliquant tout, que je ne pouvais pas laisser le monde de Gaïa sombrer en fermant les yeux. Je pris Rorium avec moi, un minimum d'affaires et je me rendis au port en quête de trouver un navire en partance vers Pandora. Je finis par en trouver un, et la capitaine semblait plutôt surexcitée. Même si elle avait l'accoutrement d'une pirate je n'avais pas vraiment le choix, c'était le seul bateau qui y allait. Elle accepta ma requête en me disant :

"Si vous travaillez à mon bord durant le voyage, j'accède à votre requête !"

Les écrits de la prêtresse 002_002_001
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Le culte de Procrafis

Message par Hysis Aquamis le Ven 2 Aoû - 18:29

Je nettoyais le pont du bateau pendant qu'un des marins (pirate ? Le comportement de l'équipage ne laissait pas paraître ça) sifflotait à mes côtés. Il faut dire que grâce à ma magie aquatique, il suffisait d'éclabousser sans trop se soucier de si je faisais déborder ou non. Après tout mon don me permettait d'invoquer de l'eau à volonté. Il ne me restait plus qu'à passer derrière avec ma serpillière. La capitaine s'approcha de moi, elle avait l'air satisfaite du travail que j'avais effectué.

"Je ne comprends toujours pas pourquoi vous m'avez laissé voyager avec vous gratuitement."
"Je passais par les cités libres, espérant trouver quelqu'un. Voyant que la personne n'était pas à la cité d'Ondinus, je me suis décidé à partir."
"Cela n'explique toujours pas votre élan de générosité."
"Disons simplement ma petite dame que j'espérais que quelqu'un de votre trempe rejoigne mon équipage. On aurait bien besoin d'une magicienne, maintenant que je vous vois, je comprends que la piraterie c'est pas votre truc. Mais je ne reviendrais pas sur ma parole, si vous payez le trajet par le biais de vos services, ça m'ira tout autant il faut bien que je le renfloue."
"Je vois, je vous en remercie en tout cas. Je vous laisse il faut que j'aille nettoyer la soute maintenant."

Et sans un mot de plus, je descendis là où était stocké les provisions et les bagages. Le reste du voyage se déroula de façon tout à fait normal, et j'atteignis la capitale de Pandora en peu de temps. Je ne m'étais pas trompée : les rumeurs allaient bon train dans les rues, j'entendis des paysans parler d'un groupe de fanatique complètement fou, le culte de Procrafis, en tout cas c'est comme ça qu'ils se faisaient appeler. Pour glaner le maximum d'informations, je me rendis dans une taverne, celle de l'aigle brûlé plus précisément. Après tout on pouvait entendre toutes sortes de ragots dans ce genre d'endroits.

Les écrits de la prêtresse 202d025db9c66fb3f67a6034f04cbdde

Quand j'entrais, je m'avançais doucement, quelle ne fut pas ma surprise quand j'aperçu d'anciens compagnons d'armes avec lesquels j'ai déjà vécu des aventures ! Il y avait Rol-Vunshi, Malasore, XLII, ainsi que le roi Gaeron et un autre drôle d'individu qui se tenait à ses côtés, il ne m'inspirait guère confiance à vrai dire... Je faisais fi du groupe de Gaeron, et m'avança à la table de Rol-Vunshi, qui bien que légèrement surpris, m'accueillit chaleureusement à le rejoindre. Pendant que nous discutions, je pouvais voir du coin de l’œil que ça allait chauffer pour le tavernier. Celui-ci avait mal servi le roi Gaeron, il risquait de passer un sale quart d'heure... Le résultat ne se fait pas attendre ! L'homme assit à ses côtés commença à s'emporter, décochant un coup de poing au pauvre tavernier. Suite à cette action, il y a eu une légère crise de panique parmi les clients, qui s'empressèrent de quitter la taverne. Le vacarme semblait avoir réveillé une personne à l'étage, car je vis deux jambes commençaient à se dessiner du côté des escaliers, je pu voir la silhouette apparaître complètement : c'était une jeune femme, mais il y avait quelque chose de bizarre chez elle, quelque chose qui me dérangeait... Je n'arrivais pas à définir quoi, je vis son regard se tourner vers la scène qui avait évolué puisque visiblement l'homme mystérieux était aux prises avec la garde de Pandora, et la situation ne tourna pas à son avantage puisque les soldats réussirent à le plaquer au sol.

La jeune femme s'approcha, semblant prendre son parti, mais rien à faire, les soldats le ligotèrent et l'emmenèrent. Étant donné que moi et les autres étions restés, nous fûmes embarqués également, peut-être voulaient-ils qu'on serve de témoins ? Nous fûmes conduit sur le chemin du château. Visiblement Gaeron et l'homme se disputaient, Gaeron pour répondre à ses propos lui asséna un violent coup de poing au visage, lui faisant perdre une dent. Je fus surprise de constater que XLII ramassa la dent et la garda en souvenir. Arrivés au château, nous fûmes séparés en deux. D'un côté il y avait Malasore, Gaeron et Rol-Vunshi qui ont réussi à obtenir audience auprès du ministre ou du chancelier du roi Herzat, et de l'autre il y avait moi, XLII et cette étrange femme. Je me présentais à elle, et j'appris donc qu'elle se nommait Opale. Nous finîmes par rejoindre le reste du groupe, quand j'aperçu Virion qui siégeait non loin du trône, je lui fis un petit coucou pour essayer de sympathiser, mais au vu de sa réaction je compris qu'il était inutile d'insister. D'après la conversation qui suivit, nous avions à présent une idée d'où pourrait se trouver le culte, puisque de multiples meurtres, suicides se seraient déroulés près du village de Roaciennes.

Le roi Gaeron sembla engager un pourparler avec le chancelier, pour récupérer le jeune homme qui avait été envoyé dans les geôles, j'appris qu'il s'appelait Lynn. Ils accédèrent à sa requête à condition qu'il ait de l'équipement qui ne pourrait blesser personne. Peu de temps après ça, Lynn, encadrait par des soldats et toujours ligotés, fut jeté au sol. Virion arriva et lui jeta un simple équipement d'entraînement. Cela fait, et après avoir eu des difficultés à se mettre d'accord, nous nous mîmes en route pour Roaciennes. Mais nous dûmes nous arrêter sur le trajet, faisant face à ce qu'il semblait être une troupe de mercenaires. Ils refusaient de nous laisser passer, voulant nous faire payer, en échanges de leurs services pour nous aider contre le culte. On avait beau leur expliquer de différentes manières qu'on pouvait se passer de leur aide, rien à faire ils voulaient nous faire payer. L'un d'entre eux se posa non loin de moi, et commença à jouer de son instrument de musique.

Les écrits de la prêtresse 944d2d2cca2ea9ebebc5dc83cda49845

Cet endroit commençait à me mettre mal à l'aise et j'avais envie de partir au plus vite. Surtout qu'un vieillard qui semblait être leur chef me posa une main sur les fesses ! Je reculais avec dégoût, et voyant mon expression il ne pu s'empêcher de sourire et me dire qu'il ne pouvait résister à un peu de chair fraîche de temps en temps. Dégoûtant ! Lynn finit par intervenir, en discutant avec le chef et leur remettant une coquette somme, je n'entendus pas la conversation, mais ils finirent par nous laisser passer, non sans me remettre une main aux fesses au passage. Contente de ne plus être en présence de ses porcs, nous finîmes par atteindre le village de Roaciennes, celui-ci semblait marqué par le culte, une maison avait brûlé avec son résident à l'intérieur. Comprenant bien les souffrances des habitants, je laissais mes camarades engager le dialogue, quant à moi je me rendis à un petit autel à la gloire d'Astéa. Ça n'était pas ma déesse, mais je tenais quand même à effectuer une petite prière pour accompagner les morts, espérant qu'ils puissent quitter le monde en toute quiétude. Ma prière terminée, Gaeron me fit signe de les rejoindre, ils semblaient avoir récupérer de nouvelles informations. Apparemment le culte aurait son repaire dans une grotte proche du village.

Nous nous y rendîmes aussitôt, mais alors qu'on s'approchait un peu plus de la grotte, nous aperçûmes deux personnes se tenant devant un rocher. Ils étaient bizarrement habillés, avec des loques qui leur servaient de capes pour cacher leurs visages. Gaeron et Lynn semblèrent reconnaître ces deux individus, car ils se ruèrent sur eux, les massacrant. Mais, horreur ! Quelques secondes à peine et des flèches atterrirent près d'eux. En levant la tête je compris pourquoi : au sommet de la falaise, il y avait une surface plane où l'on pouvait facilement se déplacer. Le vrai combat commença, Gaeron à l'aide de son épée se téléporta directement au sommet, suivit de Lynn qui escalada juste derrière, Rol-Vunshi forma sa brume pour qu'on puisse se défendre, Malasore envoya un tas de couteaux de lancer dans la direction de nos opposants, moi j'usais de mon sort d'eau pour essayer de les faire tomber. Opale usait de ses charmes et de ses cartes pour cibler l'adversaire, quant à XLII il se servait de son arquebuse pour contre-attaquer à distance. Le combat fit rage, mais nous finîmes par l'emporter. Malheureusement pendant la bataille, Gaeron semblait être en position défavorable et envoya un fumigène, nous ne pûmes voir ce qu'il se produisait en haut. Et quand le combat fut terminé XLII à l'aide de son grappin se rendit en haut pour voir ce qu'il s'était passé.

Il revint, accompagné de Gaeron qui semblait avoir subit de lourd dégâts, quand ils redescendirent, nous constations tous avec horreur que l'épée du Ka que possédait Gaeron avait disparu !

Les écrits de la prêtresse 259615

Ce fourbe de Lynn s'en était emparé et enfuit avec ! Notre moral ayant pris un coup, nous avons continué jusqu'à arrivé devant l'entrée de la fameuse grotte. Nous fûmes prit une nouvelle fois dans une embuscade tendue par le culte. Nous repoussions une nouvelle fois leur attaque, et avant de faire de poursuivre, nous avons pris les loques des membres du culte, et sommes entrer dans la grotte. Devant les galeries qui s'étendaient devant nous, nous nous sommes séparés en deux groupes : Gaeron, Rol-Vunshi et Opale d'un côté et de l'autre Malasore, moi et XLII. Nous arrivions au fond du couloir naturel de roche, et deux nouveaux chemins se présentèrent devant nous, Malasore en emprunta un, un peu au hasard, le suivant, moi ainsi que XLII, nous ne pûmes poursuivre : en effet d'énormes champignons venimeux projetait des spores empêchant tout passage sous peine de mourir, les cadavres au sol en témoignait. Seul Malasore à l'aide de ses capacités pu passer. Donc nous prîmes l'autre chemin moi et XLII, plus sûr. Je fus surprise en voyant un membre du groupe de mercenaire croisé plus tôt. Ne réfléchissant pas, et pour leur faire payer de leur manque de manière, je lui envoyais un jet d'eau en pleine figure qui l'aveugla.

Les membres de l'autre groupe nous rejoignirent peu après. Et nous ligotèrent le malotru pour qu'il ne fasse plus aucun mal. Soudain, une pierre que portait Rol-Vunshi brilla, et il nous regarda le visage pâle, en nous disant que Malasore avait de sérieux problèmes. Je leur expliquais rapidement qu'on ne pouvait lui en venir en aide car il fallait traverser le passage des champignons, Rol-Vunshi s'y connaissant un peu s'engouffra avec Gaeron dans un des passages pour espérer trouver quelque chose, j'en empruntais un autre. Je ne trouvais rien de mon côté, mais Rol-Vunshi revint avec des ingrédients sous les bras, nous courûmes vers sa position, durant la course Rol-Vunshi commençait à concocter la potion. Arrivés devant les champignons, nous arrivâmes enfin à les passer, et me concentrant au maximum, j'utilisais ma magie pour distraire les membres du culte qui l'avait attaqué.

Avec difficulté, Rol-Vunshi et XLII portèrent Malasore qui était grièvement blessé, et Gaeron porta sur ses épaules Opale qui s'était évanouie, peut-être à cause de la fatigue. Quoiqu'il en soit, une fois dehors, au vu de nos blessures et de nos morales aux chaussettes, nous décidions qu'entreprendre un nouvel assaut serait trop risqué. Peinés de notre défaite, nous sommes retournés annoncer la nouvelle à Roaciennes. Je ne tenais pas à voir la réaction des habitants, alors lâchement, je suis retournée devant l'autel d'Astéa, pour prier une nouvelle fois. Mais cette fois je me mis à prier pour les membres du culte que j'avais pu tuer. Tout était embrouillée dans ma tête, et ça c'était produit assez rapidement.

Mais je réalisais à présent, que si je me mettais à tuer comme eux, je ne valais pas mieux qu'eux. Empli d'un sentiment de culpabilité, je me mis à prier pour que leurs âmes également rejoignent le ciel. J'étais épuisée, mais je jurais de ne plus tuer d'être humain ou humanoïdes, avant de sombrer dans un profond sommeil...
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Re: Les écrits de la prêtresse

Message par Gan le Ven 2 Aoû - 19:26

Hysis gagne 1 point de caractéristique!
Gan
Gan
Gan
Gan

Messages : 129
Points : 300
Date d'inscription : 16/03/2019

Voir le profil de l'utilisateur https://hentairpg.org/

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty La bataille du Ka

Message par Hysis Aquamis le Sam 3 Aoû - 14:13

Je m'étais écroulée de fatigue sans m'en rendre compte. Mais je dormais paisiblement, sans que l'on vienne troubler mon sommeil. Je ne me souviens que de quelques bribes de mon rêve. Entourée par les ténèbres, je ne trouvais aucun moyen de m'en extirper, ma seule manière de me défendre était mon sort aquatique. Je le qualifiais plus de cauchemar en réalité, finalement une personne entourée de lumière me tendit la main m'aidant à sortir de ce lieu plongé dans l'obscurité. Je me réveillais à ce moment précis, mais je fus surprise de découvrir que je ne me trouvais pas à Roaciennes, mais dans un lieu totalement différent. En effet, j'aperçu à mes côtés XLII, Thalgor, Opale et le roi Herzat. Me relevant doucement, j'entendis une voix résonner dans ma tête. "Le dernier debout se verra attribuer une nouvelle arme du Ka !" Ainsi donc je comprenais que je m'étais à nouveau retrouver dans un nouvelle bataille pour obtenir une nouvelle arme. On s'est regardé les uns les autres, le roi Herzat brisa le silence, expliquant qu'il était hors de question de s'attaquer, j'appuyais en ajoutant que je refusais de me battre aussi. Je ne voulais pas bafouer ma promesse à moi-même tout de suite.

Aucun de nous ne voulut s'attaquer à l'autre, et tandis ce que nous nous regardions, j'entendis un bruit provenant du nord de la forêt. Entre les arbres, nous vîmes tous une patte dépasser ! Thalgor envoya aussitôt son marteau sur la patte, et nous entendîmes un cri de douleur inhumain. Il fut suivi d'une araignée titanesque sortant en trombe d'entre les feuillages, certainement furieuse de s'être pris ce coup de marteau. Elle fonça dans le tas, sans réfléchir, arrivant devant XLII. Le malheureux n'eût pas le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'il s'est retrouvé sous les mandibules de la créature.

Les écrits de la prêtresse Fceb535e6799ed26ffa7fc0f3951bbe2

Sans qu'il puisse réagir, il se fit avaler par la bête velue, nous avons chacun attaqué un point différent de l'araignée tout en faisant attention à ne pas blesser XLII, Herzat visa adroitement l'abdomen, je visais les yeux pour les lui crever afin de l'aveugler, et Thalgor propulsa une nouvelle fois son marteau sur la créature, face à nos efforts combinées, l'araignée recracha XLII qui avait subit des dégâts dans le ventre du monstre. Je réussis mon coup et lui creva l’œil, furieuse, elle me cracha sa salive acide au visage, que j'évitais d'une roulade sur le côté. Malheureusement elle tenait trop à me faire passer dans son estomac, je n'y coupais pas et fut avalée à mon tour. Mais alors que je me préparais à lui trancher l'abdomen avec ma magie d'eau, tout s'arrêta de bouger à l'intérieur, l'araignée s'écroula et se désagrégea. Je voyais tout le monde, trempé de sueur et certains avec quelques tâches de sang à divers endroit de leur corps. Mais nous n'eûmes pas le temps de souffler que trois autres araignées du même gabarit arrivèrent de tous les coins. La bataille fit rage, mais au fur et à mesure de plus en plus d'araignées sortaient des bois.

La situation était désespérée, Opale fut tuée, et XLII succomba à ses blessures tombant dans le coma. Je n'étais pas mieux, je ne réussissais même plus à tenir debout, aux côtés d'Herzat, je me battais avec mes dernières forces, mais je ne vis pas une araignée m'attaquait avec sa griffe. Herzat la vit, essayant de m'aider à esquiver l'attaque, sauf qu'il ne réussit pas et n'arracha qu'un morceau de ma cape à la place. Je pris la griffe en plein dans mon ventre, et je m'évanouis, sombrant aux côtés de XLII... Quelle fut ma surprise de rouvrir les yeux et d'être toujours au même endroit. Je vis XLII et Herzat qui avait l'air très mal en point. J'étais en piteux état également, c'était Thalgor qui nous avait ranimé à l'aide de potion de soin. Il tenait dans ses mains une canne étrange, je compris que c'était la fameuse arme du Ka. Y voyant un objet magique dont je pourrais avoir l'utilité, je tendis la main en lui demandant si je pouvais y jeter un coup d’œil. Mais il la serra contre son torse, nous disant qu'avant de nous donner la canne il allait réfléchir à qui il allait la donner, nous expliquant que les Ka des ténèbres étaient trop désavantagés et qu'il ne pouvait se permettre de donner cette arme à un Ka de la lumière.

Les écrits de la prêtresse Latest?cb=20090512212733

Les émotions prirent le dessus sur ma raison, et j'éclatais de colère. La dernière fois nous avons accédé à sa requête quand il a fallu donné une arme du Ka au roi Gaeron, et on a bien vu comment ça s'est terminé ! Je n'hésitais pas à rétorquer sèchement mon point de vue. Herzat quant à lui prononça ces paroles "Ce ne sera pas oublié petit homme" et il emprunta un portail quittant ce monde. XLII fit de même, il ne restait plus que moi et Thalgor, pendant qu'il exposait ses arguments d'un ton colérique, je buvais ma dernière potion, je voulais le tester voir s'il allait me tuer avec l'arme ou m'épargner, mais je n'en eu pas le temps car après avoir fini son discours il quitta les lieux. Tant pis, j'espère seulement qu'il fera bon usage de l'arme, de mon côté j'ai emprunté le même portail qu'Herzat, je le vis dans sa salle du trône en train de réfléchir, je voyais bien qu'il était un peu stupéfait de me voir ici. J'eus une discussion avec lui, pour savoir la suite des événements par rapport à ce qu'il s'est produit. Et au fil de la discussion, je compris qu'on était sur la même longueur d'onde, nous avions un objectif en commun. J'étais ravie de trouver un personne qui partageait mon point de vue, je me dis alors qu'on poursuivait le même Ka, et que je faisais peut-être partie de son Ka-Tet.

Il me proposa un poste à son école, en tant que professeur pour y apprendre la magie. J'acceptais bien sûr, j'avais décidé de prêter ma force et mes capacités à cet homme qui partageait les mêmes idéaux que moi. Avant de me laisser partir, il me dit qu'il y avait malgré tout une condition : je devais abandonner la déesse Ondine pour vouer un culte à la déesse Astéa désormais. Difficilement, j'ai accepté, il ne fallait pas laisser mes sentiments regagner ma raison encore une fois, je ne devais pas laisser mes objectifs s'entraver pour une histoire de déesse que je dois idolâtrer ou non. Après avoir fini cette entretien avec lui, je quittais la salle et je me suis dirigée vers l'école pour y découvrir les lieux.
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty L'école de Soleis et Fydëdith

Message par Hysis Aquamis le Sam 3 Aoû - 23:58

Connaissant à présent l'emplacement de l'école, je m'y rendais d'un pas assuré. J'avais une lettre avec le sceau de Pandora que le roi Herzat m'avait confié, il allait juste falloir que je la présente à la personne qui gérait l'établissement. Après quelques minutes de marche, je cherchais une carriole qui pourrait me faire arriver à destination, y aller à pieds prendrait plus de temps, et je voulais prendre mes fonctions au plus vite prenant ça très à cœur. Je finis par trouver un aimable paysan qui accepta de m'y amener, contente, je montais à ses côtés. Le voyage s'en retrouva écourté et moins fatiguant pour moi. Je lui remis cinq pièces d'or pour le remercier du déplacement, et je me rendis devant la bâtisse.

Les écrits de la prêtresse Lazoco10

Si je m'en référai au soleil dans le ciel, il devait être à peine 6 h ou 7 h.  Mais je voyais déjà quelques lumières éclairées derrière les vitres des fenêtres. Arrivant devant la porte, je cherchais divers moyens de signaler ma présence, je toquais d'abord à la porte. Aucune réaction. Hmmm... Ah ! J'aurais dû être plus attentive, mais il y avait une corde à côté de la porte, je tirais dessus ce qui provoqua le tintement d'une cloche. S'en suivit des bruits de pas qui arrivèrent en ma direction et finalement l'ouverture de la grande porte principale. Un homme, d'à peu près la même taille que moi, dans la force de l'âge (je lui donnais facilement la cinquantaine) et bien vêtu. Il me regarda de bas en haut, semblant m'analyser avec ses petites lunettes rondes.

"Vous désirez quelque chose ?"
"Je viens postuler pour devenir enseignante au sein de votre école, j'ai également ceci avec moi."

En terminant ma phrase, je lui présentais la lettre qui m'avait été donnée par Herzat. Voyant le sceau de Pandora, ses pupilles se dilatèrent, prenant un vif intérêt sur la situation il me fit signe de le suivre dans son bureau. Nous eûmes une petite discussion, il voulut savoir qu'elles étaient mes spécialités afin de m'orienter vers la classe qui me serait le plus adapté. De toute évidence, la lettre avait su le convaincre de m'embaucher directement, je lui expliquais donc que ma spécialité était ma magie de l'eau, lui expliquant que je la maîtrisais depuis toute petite. Je lui fis une démonstration en créant une boule d'eau entre mes deux paumes, en créant ma bulle autour de moi. Je lui expliquais aussi que j'étais capable de soigner autrui des blessures physiques, et même des maux comme le poison, l'aveuglement, etc. Il ne disait rien, et montrait une mine pensive au fur et à mesure que lui montrait mes capacités. À la fin il afficha un sourire satisfait, se leva et m'invita à le rejoindre. Pour lui c'était assez clair, j'avais les qualifications requises pour le métier, en tout cas de ce qui était de la pratique.

Il me conduisit dans la salle des professeurs, j'y rencontrais bon nombre de mes futurs collègues. Je me présentais donc auprès d'eux, afin d'avoir la meilleure entente possible. Puis ils repartirent sur leurs bureaux préparer les cours, cependant, l'une des professeurs qui se trouvait être une elfe vint me voir.

"Bonjour, laissez-moi me présenter : je suis Fydëdith Baenre !"

Les écrits de la prêtresse 18_elf7_01

Elle m'expliqua qu'elle était une invocatrice. Puis enchaîna avec une démonstration en invoquant un jeune dragon. Un peu émerveillée devant sa magie, je ne pus m'empêcher de sortir de ma sacoche Rorium (je m'étais assurée à ce qu'il soit en sécurité lors de mes précédentes aventures) pour qu'il puisse sortir jouer avec ce dragon invoquée. Fydëdith siffla, impressionnée. Elle me demanda où j'avais obtenu un dragon aquatique. Je lui expliquais donc mon quotidien au sein de la cité d'Ondinus. Elle m'écouta attentivement, et notre discussion se poursuivit assez longtemps, je pense qu'elle allait devenir une bonne amie, en tout cas je l'appréciais déjà. Cependant, nous n'avions pas vu l'heure passée et il était temps d'accueillir les élèves. Le directeur me demanda de le suivre une fois encore, et nous nous sommes arrêtés devant une porte en bois. Il l'ouvrit d'un tour de clef, et me présenta l'intérieur de ce qui allait être ma future salle de classe. Dans le couloir, nous entendions arriver les élèves. L'un d'eux épia, je le remarquai immédiatement. Le directeur s'en alla, me laissant prendre les choses en main. J'invitais les élèves à rentrer et à prendre place.

Ne les connaissant pas encore, je préférais les séparer en les mettant chacun sur une table, je ne pense pas qu'ils allaient bavarder ou être distrait, mais je voulais les prendre un par un pour apprendre à les connaître. Cela fait, je me présentais à toute la classe :

"Je suis enchantée de vous rencontrer, je suis Mlle Aquamis. Ma spécialité est la magie de l'eau j'ai eu pas mal de temps pour m'exercer, et si vous suivez bien mes cours, vous maîtriserez totalement la magie de l'eau !"

Et pour ajouter des points en plus pour ma crédibilité, avec mes deux mains je mis les pouces en l'air et je formais de l'eau tout autour. La plupart de la classe fut impressionnée, mais certain crâné dans le fond. Hum, je devrais éviter de trop faire ça, étant donné que c'était le premier cours sur la magie de l'eau de cette classe, je leur demandais de prendre leur manuel à la première page. En prenant soin de leur dire qu'il fallait noter le nom/prénom car ce manuel leur appartiendra, ces quelques formalités passées, on se mit enfin au travail. Je leur conseillais de prendre de quoi écrire s'ils voulaient prendre des notes, nous allions commencer par des cours théoriques avant de trop s'emballer. J'introduisais donc les bases de la magie, certains sorciers se servaient de leur baguette pour lancer des sorts, sans ça ils ne pouvaient strictement rien faire. D'autres s'en servent uniquement comme "conducteur" pour mieux se servir de leur magie, leur expliquant que c'était mon cas.

À ce moment là, l'un d'eux rétorqua que ça tout le monde le savait et voulait directement passer à la phase de pratique. Ne voulant pas créer d'émeute, je lui dis simplement qui devra venir me voir à la fin des cours, et que d'ici là c'est encore moi qui reste la professeur. En y regardant de plus près, il avait une robe de magicien avec des parures, sûrement un fils à papa. Quoiqu'il en soit, j'aurais bien voulu qu'il essaie de tenter de lancer un sort, mais mon but n'était pas non plus de l'humilier en public. Il grinça des dents, mais ne dit plus rien jusqu'à la fin du cours. Ce dernier se déroula normalement à partir de ce moment là, jusqu'à sa fin. Alors que les élèves partaient, je retins celui qui se croyait plus fort que tout le monde, et le prit à part pour discuter.

"Peut-être que toi tu trouves ça évident, mais tes petits camarades eux ne connaissent peut-être pas les bases."
"Je l'ai déjà appris tout ça, je suis prêt à lancer un sort maintenant !"
"Ah oui, et bien fait moi voir ça."

Croisant mes bras, je voyais bien qu'il ne s'attendait pas à ce que je lui dise ça. Il ne réussit pas, comme je m'y attendais, je m'emparais du bâton qui servait à pointer le tableau, et je matérialisais une lame d'eau tout autour, créant une épée de fortune sous les yeux de mon jeune interlocuteur.

Les écrits de la prêtresse 900b438b71de328417cb809e2c15b10e

"Tu ferais mieux d'assister au prochain cours, ça pourrait t'être utile."

Il commença à partir, l'ayant un peu mauvaise que je réussisse et pas lui, je le retins par l'épaule pour savoir comment il s'appelait. Il me dit simplement qu'il se nommait Auguste. Bien que loin d'être terminée, la journée pour moi était finie, je n'avais pas d'autres classe. Peut-être le directeur voulait-il voir de quoi j'étais capable avec celle-ci avant de m'en confier une autre. Quoiqu'il en soit, j'accompagnais Fydëdith chez elle pour le déjeuner, j'appris tout un tas de choses sur elle, mais ce qui retint mon attention, c'est le fait qu'elle soit veuve. Pauvre femme... En rentrant dans sa maison, je vis une femme avec un bébé elfe entre les bras. L'enfant de Fydëdith !

La nourrice du nourrisson fut payée, et quitta la maison. Fydëdith me présenta à son enfant, ainsi donc je fis la connaissance du mignon Aerendyl ! Elle m'expliqua que son papa était mort au combat. La situation de Fydëdith m'attrista un peu, mais elle avait l'air de s'en sortir à merveille ! Pendant le repas, nous discutâmes un petit peu, et elle me fit les éloges de son mari qui l'avait apparemment secourue d'une bande de voleurs ! Je sentais que parler de lui lui faisait mal au cœur, aussi, pour lui éviter d'arriver au bord des larmes je passais un peu sur ma vie à moi. Je lui fis quand même remarqué que j'aimais beaucoup la bague qu'elle portait a l'annulaire. Elle m'expliqua que c'était son anneau de mariage. Zut ! J'avais gaffé et je lui avais encore fait pensé à son défunt mari. Cependant je la vis sourire, devant mon incompréhension, elle m'expliqua que cette bague avait un enchantement qui permettait à l'autre personne qui la portait de communiquer avec elle, son mari donc ! Intéressant, j'aimais beaucoup ce type d'enchantement.

Pendant qu'elle bordait son fils, je me permis de m'aventurer à l'étage de sa maison, y découvrant une pièce fermée. Je sentais une drôle d'aura de l'autre côté, assez ténébreuse. Je ne tenais pas à rester trop près de cet endroit alors je suis redescendue.

"Qu'y a-t-il ?"

Elle voyait bien ma mine effrayée.

"Je me suis permis de monter à l'étage pour trouver les toilettes, et je suis arrivée devant une porte. Elle dégageait une aura... Sombre !"  

Elle prit une tête sérieuse, et me dit d'un ton solennel qu'elle stockait les affaires de son défunt mari ici. Et me demanda de ne plus m'approcher de cette pièce. J'accéderai volontiers à sa requête, mais d'un coup je me demandais dans quel genre d'affaires trempées son mari... Je la remerciais de son hospitalité, et juste avant de partir, je lui demandais quel était le nom de son défunt mari.

"Nym, il s'appelait Nym Baenre."

Ce nom m'évoquait quelque chose, mais je n'arrivais plus à savoir où je l'avais entendu. Hum, qu'importe, je rentrais chez moi afin de me reposer après cette journée, avec Rorium qui se coucha à côté de moi.
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Sortie scolaire

Message par Hysis Aquamis le Mar 13 Aoû - 14:46

Quelques lunes avaient passées depuis mon insertion à l'école de Soleis. J'avais pu prendre mes marques et je "maîtrisais" bien ma classe maintenant, j'avais repéré quelques élèves particulièrement talentueux dans le lot. Auguste, après avoir assisté aux cours en faisait parti, il y avait également la jeune Myria, qui avait des affinités avec l'eau, un peu moins poussées que moi malgré tout. Ces deux là je les faisais travailler avec les personnes les plus faibles de la classe, pour tirer tout le monde vers le haut. Il y avait quand même un cas qui me posait problème, c'était le jeune Tirius. Ce jeune garçon semblait n'avoir aucune confiance en lui, et échoué dans toutes les matières magiques, pas seulement dans la mienne. J'avais beau le mettre avec Auguste et Myria, ses compétences ne se développaient pas, en revanche ils étaient devenus bons amis tous les trois.

Quand il y aura une réunion entre parents et professeurs, j'envisagerais de parler aux parents de Tirius pour leur demander s'ils ne pourraient le retirer de l'école Soleis pour qu'il suive une formation militaire. Je pense que ça lui serait plus adapté. En attendant, en ce beau jour ensoleillé, j'avais était réquisitionnée pour une sortie scolaire dans la forêt de Pandora. Il fallait redoubler de prudence j'imagine, entre le culte de Procrafis qui continuait à se développer, et les éventuels monstres qui pourraient se trouver là-bas. Je n'étais pas la seule à encadrer le groupe, en vérité il y avait plusieurs classes qui allaient participer à cette sortie, et évidemment les apprentis mages qui y allaient, étaient ceux avec des pouvoirs en raccord à la nature. Je suppose que si on allait dans la forêt de Pandora c'était pour y faire des exercices, pas simplement une visite guidée.

Quoiqu'il en soit, les autres professeurs s'élevaient au nombre ridicule de deux, en me comptant moi on était trois professeurs à encadrer la sortie, je n'avais pas appris qu'à connaître mes élèves, je connaissais également la plupart de mes collègues professeurs maintenant. Et ceux qui avaient été choisi était Ventum, le professeur qui apprenait la magie du vent, il était assez froid aux premiers abords mais il se révélait sympathique une fois qu'on le connaissait bien, et l'autre professeur se nomme Terra, mage de la terre. Tout était prêt pour la sortie, Ventum et Terra avait pu trouver des parents d'élèves pour les accompagner, moi je n'avais trouvé que Fydëdith pour m'accompagner, aucun parent n'était venu, peut-être trop occupé. Qu'importe, l'organisation fut la suivante :

- Ventum partira en premier avec son groupe suivit du mien et Terra fermera la marche.
- Une fois dans la forêt, nous avions chacun un endroit à atteindre.
- On recevra plus d'informations sur place, mais en attendant il faudra se tenir prêt.

Se tenir prêt à quoi ? J'avais dans l'idée qu'on allait tester les élèves, enfin je verrais bien sur place j'imagine. Après avoir reçu ces directives, nous nous sommes mis en route, comme prévu le voyage se déroula normalement, j'étais en début de file, pour guider la classe, Fydëdith quant à elle fermait la marche pour s'assurer que personne n'était absent. Le trajet se déroula correctement, et nous voyons la forêt poindre au loin.

Les écrits de la prêtresse He_2aLqa71nOUu1YaU_lX1vH804

Je pus discuter avec les élèves, la plupart me demander ce qu'on allait y faire. Bien entendu je leur répondais que je l'ignorais, à vrai dire j'aimerai bien le savoir moi même. Une fois le point de rendez-vous atteint il n'était pas loin de midi. Nous attendions donc que quelqu'un vienne pour les prochaines instructions, une petite heure passa, arriva au demie de celle-ci, et en voyant que les élèves n'en pouvait plus d'attendre, je les invitais à manger. Poussant tous un soupir de soulagement, ils s'assirent et commencèrent à déguster leur panier repas. Fydëdith s'approcha de moi, l'air anxieuse.

"C'est un peu étrange tout ça, pourquoi personne ne vient ?"
"Peut-être que l'émissaire est encore occupé avec un autre groupe."

Cette réponse n'était pas vraiment satisfaisante, je me doutais bien que la raison n'était pas ça. Soudain, nous entendîmes toutes les deux quelque chose bouger dans les buissons, je criais aux élèves d'arrêter de manger et de se mettre en formation "bulle", c'est comme ça que je l'avais appelé. En réalité, les élèves formaient un cercle ou chacun regardait devant soi, ainsi, si un danger approcher les personnes qui l'avaient vu alerter les autres. En préparant une boule d'eau dans ma main, je m'approchais du buisson en question et j'ai poussé délicatement une feuille...

Une ombre s'évada du buisson, suivit de plusieurs qui s'échappèrent entre les feuillages des arbres ! Une embuscade ! Je lançais mon sort d'eau sur l'un d'entre eux, en criant une nouvelle fois aux élèves de ne briser la formation sous aucun prétexte. Ils déferlaient, mais nous pouvions encore compter combien il y en avait ! Mes élèves géraient plutôt bien de leur côté, sauf Tirius qui peinait à sortir une bulle d'entre les mains, même en récitant l'incantation. Le fait qu'il soit stressé n'aidait en rien. Après plusieurs minutes de combat ou aucun de mes élèves ne fut touché, un homme sorti une fois de plus des buissons, il était beaucoup plus imposant. En voyant ses camarades à terre, je m'aperçu qu'ils étaient armés d'épées et de lances en bois. Tout cela n'était qu'un test. L'homme imposant leva les mains au ciel pour déclarer forfait. Et retira son accoutrement, il portait une armure d'un soldat de Pandora.

"Félicitation, vous avez réussi le test avec brio !"

C'est bien ce que je pensais, tout ça n'était qu'un simple test pour voir les compétences de mes élèves. J'ai alors entamé une discussion avec lui, apparemment les autres classes avaient eu plus de mal à gérer le combat, il faut dire que j'avais l'expérience de quelqu'un qui avait déjà été sur le terrain. Soulagés d'apprendre que ça n'était qu'un test, les élèves ont repris leur repas, enfin ce qui en restait, pour manger. Le soldat aida ses compagnons à se relever, et nous dit de les rejoindre. Je fis signe aux élèves d'arrêter de manger, avec la mine dépitée ils nous ont suivi. Après seulement quelques minutes de marche nous avions atteint un petit lac ou se trouvait la classe de Terra et quelques autres soldats de Pandora. La classe de Ventum semblait absente, étrange peut-être avait-il eu du mal à faire suivre certains élèves. Ma classe et celle de Terra avait déjà "fusionné" pour discuter.

Seul Tirius restait assis près de l'eau, seul. Je rompis ma discussion avec Fydëdith, lui faisant signe d'attendre quelques instants, puis je me suis approché de Tirius.

Les écrits de la prêtresse Ff480ab7e6baf8906d92800af30f3774

Voyant que je m'avançais, il ouvrit la discussion :

"- Vous devez me trouver nul non ? Je n'ai même pas pu lancer un simple sort...
- Non pas vraiment, tu étais juste stressé je le comprends très bien ça.
- Vous êtes sacrément gentille, on me traite de bon à rien à la maison.
- Tes amis, Myria et Auguste, ne t'aident-ils pas à la maîtrise de sorts ?
- Si, mais je suis un bon à rien.
- Tu sais, j'étais comme toi quand j'ai commencé la magie : j'avais du mal à lancer des sorts, je faisais souvent des catastrophes au sein de l'église d'Ondine !"

Et oui, les élèves étant curieux de savoir d'où je venais, je leur ai expliqué qu'à la base j'étais une prêtresse de l'ondine, quand ils m'ont demandé pourquoi je suis venue ici ensuite, je leur ai simplement dit que je souhaitais répandre les enseignements sur la magie qui m'avait été donné. En leur rappelant tout ça, ça m'avait fait pensé à Heilys, j'espère qu'elle s'en sortait avec sa formation pour succéder la Grande Prêtresse... Enfin bon, retournons à notre discussion, quand je lui ai dit ça, Tirius a relevé la tête et m'a regardé l'air surpris.

"- Vraiment ? Pourtant vous êtes forte dans la magie de l'eau.
- Tirius, s'il y a bien quelque chose que j'ai appris au cours de ces années à l'église d'Ondine, c'est que les plus prestigieux mages étaient des personnes comme toi et moi. Ils ont fini par devenir ce qu'ils sont devenus au prix de nombreux efforts, en faisant fi des jugements et des moqueries. Pas vrai Rorium ?"

J'avais apporté mon petit Rorium avec moi pour qu'il puisse jouer et voir le monde extérieur. Il était sorti de ma sacoche pour aller dans le lac, quand je sortis ces mots je l'avais vu sortir de l'eau, et comme pour me répondre il cracha un petit jet d'eau de sa gueule et revint vers moi en courant. Je le pris dans mes mains et le présenta à Tirius.

"Tu vois, lui c'est Rorium, c'est un dragon que j'ai recueilli alors que j'étais encore à la cité d'Ondinus. Tu es comme lui, un jeune bébé dragon qui n'attend qu'une seule chose : devenir un puissant dragon majestueux et fier de lui !"

Mes paroles avaient réussi à rendre le sourire à Tirius, je ne lui avais pas parlé du fait que j'envisageais de parler à ses parents d'une futur orientation vers une carrière militaire, après tout ce jeune semblait manquer simplement de confiance en lui. Tout content, Tirius parti discuter avec ses amis, je revins vers Fydëdith pour m'apercevoir que le soldat qui nous avait accueilli tout à l'heure n'était plus là. Il était parti voir où en était la classe de Ventum. Toutes les discussions s'arrêtèrent quand nous le vîmes revenir en courant, paniqué.

"C'est horrible, ve-venez vite !"
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Re: Les écrits de la prêtresse

Message par Hysis Aquamis le Mer 14 Aoû - 16:37

Nous avons suivi le soldat en courant à en perdre haleine. Quand nous nous sommes enfin arrêtés, nous étions dans une clairière. La classe de Ventum était présente, mais il manquait son professeur et toute la classe semblait paniquée ! On comprit rapidement ce qu'il s'était passé quand nous entendîmes un cri semblant provenir d'un puits naturelle, le temps d'y jeter un coup d’œil, et j'aperçue Ventum et un de ses élèves en bas. Ils paniquaient tous à cause de ça ? C'était loin d'être aussi horrible que je ne l'imaginais. Il suffisait simplement de prendre une corde et d'hisser l'un après l'autre. Peut-être même qu'avec ses pouvoirs Ventum pouvait l'extirper directement de là. Mais je compris rapidement que le problème n'était pas comment les aider à sortir de là, mais comment étaient-ils arrivés là-dedans. Le soldat ne nous offrit aucune explication, nous pressant de les aider à sortir de là. Ils amenèrent une corde heureusement qu'ils avaient pensés à en prendre une pour ce genre de situation.

Nous avons donc envoyés la corde dans le trou et avons tiré de toutes nos forces, autant dire qu'avec la mienne ils n'allaient pas aller bien loin, mais tous ensemble nous pûmes sortir l'enfant qui s'empressa de rejoindre le reste de sa classe, manquant de tomber. C'était au tour de Ventum maintenant. Mais au même moment que la corde fut serrée dans ces mains, nous sentîmes sous nos pieds comme un mouvement... Et il semblait se rapprocher de nous ! Ventum disparu d'un coup brisant la corde en deux ! Quelque chose l'avait comme happé sous terre. Soudain, sous mes pieds je sentis comme si quelque chose creusait, et instinctivement j'eus juste le temps de faire une roulade de côté, ce qui me permit d'observer l'énorme jet de terre qui fut projeté en l'air, nous laissant à tous découvrir une sorte de mille-patte géant ! Il étala la partie basse de son corps sur un rocher, et regarda un soldat de Pandora qui s'était écroulé au sol sous la surprise, comme on regarderait un banquet.

Les écrits de la prêtresse F059a79aa597b882e6f27f3f9790c8e4

De nouveaux mouvements se firent sentir sous terre, et l'instant d'après nous fûmes assiégés par une dizaine, presque une vingtaine de ces monstres ! Je me défendais du mieux que je pouvais, les repoussants à l'aide de mon sort d'eau. Mais ça ne fut hélas pas le cas de la plupart de mes compagnons, je vis des soldats et des élèves se faire engloutir à leur tour sous terre ! Ces saletés surgissaient et retournaient immédiatement d'où ils venaient ! Nous n'étions clairement pas prêt à faire face à ce genre d'attaque. Et en plus ils attaquaient en un clin d’œil, ils bondissaient, saisissaient leurs proies avec leur grosses pattes, les bloquants avec sur leur abdomen par la même occasion, puis avec la victime ils recreusaient un trou. C'était une véritable hécatombe ! L'un d'eux vint devant moi, il n'allait pas être déçu du voyage ! Furieuse d'assister à tout ce spectacle impuissante, je formais une lame d'eau que je lui projetais aussitôt sur ses drôles d'antenne, je pus ainsi trancher l'une d'elles.

Ça ne plut pas à la créature qui me chargea, prête à esquiver, je n'avais malheureusement pas pris en compte le fait qu'il était extrêmement rapide ! Presque aussi rapide qu'une balle tirée par l'arquebuse de XLII. Je pris son assaut de plein fouet et fut projetée sur un tronc d'arbre. Le choc me coupa le souffle, au sens propre du terme. Essayant de rassembler au maximum mon énergie pour contrer sa prochaine attaque, je dû me rendre à l'évidence qu'il allait me falloir encore un peu de temps avant de reprendre complètement de sa charge. Mais lui n'avait pas le temps d'attendre, et me surplombant, il fondit sur moi pour m'attraper entre ses pattes. Fermant les yeux pour ne pas assister à ça, je sentis alors qu'on me poussait sur le côté, j'ouvris les yeux de surprise pour découvrir que Fydëdith s'était interposée entre la créature et moi ! C'est elle qui fut emportée à ma place par l'étrange créature. Je me relevais, ayant enfin complètement repris, et je me suis empressée de courir poursuivant cette affreuse tout en lui lançant des sorts, mais ce fut sans effet, et elle s'engouffra dans le sol avec Fydëdith.

Je m'effondrais à genoux, que venait-il de se passer ? Tout avait été si rapide ! Quand je regardais autour de moi, je vis qu'il ne restait plus grand monde, l'attaque avait été fulgurante et des classes et des soldats il ne restait plus grand chose. Il devait rester neuf, ou huit élèves et à peine deux soldats. Ces monstres nous étaient tombés dessus sans qu'on ne puisse réagir et avait enlevés la quasi-totalité de nos effectifs. Je fus soulagée de voir qu'il restait encore Terra et Tirius, en boule dans un coin. Il ne s'était pas rendu compte que l'attaque était terminée. Je m'approchais de Terra qui semblait paniquée.

"- Qu'es-... Qu'est-ce qu'il vient de se passer !?
- Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, on a était attaqué pour un troupeau d'insectes géants.
- Mais, et-et les autres ?! Où les ont-ils emmenés !
- Calmez-vous d'accord !
- Me calmez ! Dans une situation pareille !?
- Je ne sais pas où ces créatures les ont emmenés ! D'accord ?
- Ils sont... Peut-être mort...
- Non je ne pense pas, si elles avaient voulus nous tuer, elles l'auraient fait immédiatement vu la vitesse de leur attaque elles n'auraient eu aucun mal.
- Mais où les ont-elles emmenés dans ce cas ?
- Je l'ignore... Mais nous ne pouvons pas rester ici !"

Je m'approchais des deux soldats qu'il restait. Peut-être était-ce une mauvaise idée de partir alors que ces choses étaient toujours sous nos pieds, mais tant qu'on avait pas plus d'informations, s'en était une encore pire de rester ici si ces monstres pouvaient attaquer à nouveau. Aussi, ai-je dit aux soldats de Pandora de prendre les élèves qu'ils restaient et de les raccompagner à la sortie de la forêt. Pendant ce temps là, j'allais maximiser mes efforts pour chercher le repaire de ces scolopendres géants. Étant donné qu'elle était une mage de la terre, elle aurait sûrement plus de facilité que moi à localiser le nid, une fois qu'elle s'est calmée, je lui ai donc demander de m'accompagner, elle ne refusa évidemment pas. Et alors qu'on s'apprêtait à partir, Tirius bondit d'un coup, comprenant la situation il vint à moi.

"- Myria et Auguste ont eux aussi étaient enlevés ?
- Malheureusement oui, mais n'est pas peur. Nous allons les retrouver et tu n'auras plus aucun soucis à te faire. Toi va avec les soldats, ce sera plus prud...
- Non ! Je refuse !
- Mais... Pourquoi ? Tu as bien vu ce qu'il s'est passé non ?
- Ces odieux monstres ont enlevés mes meilleurs amis ! Je peux pas les laisser s'en tirer comme ça !
- Mais c'est trop dangereux !
- Laissez-moi vous accompagner je vous en supplie !"

Après avoir échangé un long regard, j'acceptais, mais à la condition que si je lui donnais un ordre, peut importe lequel il serait obligé de le faire. Évidemment, je conseillais aux soldats d'alerter les hautes autorités de Pandora si nous ne revenions pas à la tombée de la nuit. Puis nous sommes partis. Terra fut à la tête du groupe, posant ses mains au sol je pense qu'elle était capable de sonder les profondeurs de la terre. Nous suivions ainsi la trace des scolopendres, et tendis-ce que nous nous hâtions. Je demandais à Tirius pourquoi il avait tenu temps à nous accompagner.

"- Vous savez, c'est un peu ma mère qui m'a forcé à rejoindre cette école. Je crois qu'elle désire que je sois un jour un puissant magicien, elle renvoie ses fantasmes sur moi... Mon père lui, c'est un honnête artisan qui travaille le bois et qui fait des jouets. Bien entendu il est du même avis que ma mère. Et vu que je suis un bon à rien qui ramène souvent de mauvais résultats, je me fais souvent réprimander. Pourtant, Auguste et Myria sont différents, bon d'accord Auguste est parfois un peu hautain, mais il n'est pas méchant, quand à Myria il rougit je crois que je l'aime... Malgré le fait que je sois nul, ils continuent de m'aider. Ce sont d'excellents amis, je ne pouvais pas les laisser sans rien faire !"

Je l'écoutais d'une oreille attentive, ce petit sortait du lot ça c'était sûr, j'en connais beaucoup qui auraient abandonnés leurs amis ! Et il n'avait pas besoin de la magie pour avoir autant de courage. Je lui souris et lui ai caressais les cheveux.

"- On va les retrouver, t'inquiète pas !
- Je crois que j'ai trouvé leur nid !"

Nous rejoignîmes Terra qui se trouvait devant un trou assez imposant, mais l'on pouvait y voir. La taille correspondait bien au diamètre de ces choses, mais on dirait que plusieurs d'entre eux étaient passés par là. Je regardais Terra, apparemment elle sentait beaucoup de présences juste en bas. Nous nous sommes regardés tout les trois, et sommes rentrés à l'intérieur. Et ma foi, l'entrée n'était pas accueillante...

Les écrits de la prêtresse Ea1d091f1ac3fff939e659d523aa7748
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Re: Les écrits de la prêtresse

Message par Hysis Aquamis le Mer 14 Aoû - 17:40

Ouais, ça n'était clairement pas un spectacle à regarder. Rien qu'à l'entrée on comprenait bien qu'on était pas les bienvenus : des squelettes et des cadavres jonchaient la terre. Il y avait un peu d'eau, puisque ce nid semblait filtrer la lumière du soleil jusqu'ici, l'eau était sûrement apparue après une période de pluie, mais à l'eau s'était mêler du sang. Sans compter qu'avec toutes les odeurs ambiantes, c'était presque inévitable de vomir. Devant ce spectacle, Tirius semblait terrorisé, mais je lui serrais la main pour le rassurer, même si je crois que ça m'aider plus moi que lui. Terra n'était pas en reste, cependant ses propos se confirmèrent lorsque nous vîmes ce qui semblait être un de ces bébés scolopendre, qui dormait. Il y avait également une multitude d’œufs un peu partout. Ces choses n'attendaient qu'un seul moment, et c'était celui d'éclore.

Plus on avançait, plus la progression était difficile, rajoutant à ça qu'il y avait un liquide verdâtre sur lequel on marchait, ça ne faisait pas que salir nos chaussures j'avais également l'impression que ça nous ralentissait. C'était sûrement un mucus de ces choses qui servait d'adhésif extrême, empêchant leur victime de bouger. Prudence et mère de sûreté, il allait falloir l'éviter à partir de maintenant. Au fur et à mesure de notre avancée, les œufs sur les parois rocheuses avaient éclos pour laisser place à des larves, qui frappaient le long de leur coquille, comme pour dire qu'ils avaient faim. En fait j'avais l'impression que ce nid était bien rangé, plus on avançait, plus les scolopendres étaient âgés. Maintenant, il allait falloir être prudent. Car si les larves étaient inoffensives, les enfants étaient déjà nettement plus dangereux.

Terra commença à préparer un sort pour en détruire un paquet. Mais je la stoppais, l'énorme pierre qu'elle avait créé ferait trop de bruit et alerterait tout le nid, et ce n'est absolument pas ce que nous voulions, non. Mais elle me donna une idée. Devant nous se trouvait un groupe de scolopendre qui devait faire deux à trois mètres maximum. Même s'il semblerait que l'odorat soit le point faible de ces saletés, là nous nous en sortions car ils étaient en petit comité, ça ne sera pas le cas quand on rencontrera les géants scolopendre que nous avons affronté. Au bout de mes doigts j'ai alors formé une mini lame d'eau, et j'ai éventré le groupe de scolopendre à nos pieds, et je me suis enduis avec leur sang, pour avoir la même odeur qu'eux. J'invitais Tirius et Terra à faire de même. Si au début Terra était un peu dégoûtée, elle finit par céder et le faire, de même pour Tirius. À présent que nos odeurs corporelles étaient camouflés, nous pouvions avancer tranquillement.

Et nous fûmes récompensés, car nous avions fini par trouver un soldat de Pandora accroché au mur par la même substance étrange sur laquelle nous avions marchés plus tôt. Et plus nous avancions, plus on en trouvait. À la fin toutes les classes étaient là. Elles sont rapidement ressortis, Fydëdith, Myria et Auguste manquait toujours à l'appel. Avec notre groupe de trois nous nous sommes enfoncés encore plus profondément dans cette caverne de fortune. Jusqu'à atteindre une salle centrale beaucoup plus grande que les autres, où se reposaient les scolopendres géants qui nous avaient attaqués auparavant. Il y avait un cadavre d'un soldat de Pandora découpait en morceau, pauvre homme... Il leur avait servi de repas. Bien qu'attristée, je fus rapidement soulagée en voyant Myria, Auguste et Fydëdith accrochaient aux parois. On leur fit signe de ne pas crier et on s'est rapproché vers eux.

Mais alors que nous marchions sur ce qui semblait être un rocher, ce dernier s'est mis à bouger et à se relever. Terra et Tirius tombèrent à terre, mais moi je restais dessus. Je compris vite que j'étais dans la mouise en voyant leur tête complètement horrifiée. La roche poussa un long cri sinistre, et je finis par glissée. J'ai vite su sur quoi je me trouvais au final, quand cette masse de roche vint devant moi : c'était la reine !

Les écrits de la prêtresse F635b208eb1fa01141cd33f137fc1bec

Je ne bougeais pas, sauf pour faire signe aux autres que c'était ok et qu'il valait mieux s'occuper de libérer Fydëdith et les autres pour le moment. Ma ruse fonctionna puisque la reine ne m'attaqua pas. Cependant tous les autres scolopendres s'étaient réveillés, j'étais devenue le centre de l'attention et je doute que je reste longtemps comme ça sans être démasquée. Enfin ça je le compris immédiatement quand l'un d'entre eux m'a attaquer d'un coup de patte que j'ai esquivé. Mais à présent je les avais tous sur le dos, et j'avais du mal à tenir la cadence. À chaque fois que je les repoussais d'un sort d'eau, il en revenait d'autres ! Surtout qu'ils ne m'avaient pas encore charger, mais s'ils venaient à le faire ça allait s'annoncer catastrophique. Devant les blessures que j'infligeais à ses enfants, la reine lança un autre cri sinistre puis elle me saisit à l'aide de ses pattes à elle. Je ne pouvais plus rien faire elle m'avait coincée. Je m'approchais inexorablement de sa gueule quand soudain, elle se prit une puissante bulle d'eau qui éclata à côté lui détruisant une partie de sa carapace et de ses yeux. C'était Tirius qui avait lancé le sort ! La reine poussa un énorme cri de douleur, et me fit valdinguer à l'autre bout de la pièce, j'atterris aux côtés de mes compagnons, mais pas au sol.

J'avais atterris sur une surface écailleuse, Fydëdith avait invoqué un dragon, qui commença à cracher de puissant jet de flamme par sa gueule. Les scolopendres au sol piaillaient, même la reine hurlait de douleur. Et avec un battement d'ailes puissant, il nous sortit du nid, non sans brûler toutes les parois sur son passage. Au même moment où nous avions atteint la sortie, son invocation prit fin. Et Fydëdith se tint la tête, comme si elle avait mal à cet endroit. Il semblerait qu'elle ai fait une invocation légèrement trop puissante et l'a maintenu longtemps. Je me mis à ses côtés pour l'aider à se relever avec Terra. Espérons que ce feu détruise tous ces monstres et qu'on n'est plus à s'en inquiéter. Nous pouvions enfin soufflé. La fin d'après-midi se faisait sentir et nous n'avions pas une minute à perdre pour rejoindre les... Ah bah non, ils étaient là. Ils nous avaient tous attendus. Ventum était là aussi, nous félicitant de nous être sortis de ce mauvais pas avec brio. Toutefois on se demandait tous d'où provenaient ces étranges créatures n'en n'ayant jamais vu avant.

Enfin, c'est triomphant que nous sommes rentrer à Pandora, bien sûr il a quand même fallu faire un rapport de la journée et pourquoi nous avions été si long, Je pense que toutes les informations qu'on a donné seront peut-être transmises au roi, il n'y avait aucun intérêt de garder ça sous silence. Et nous eûmes tous quelques semaines de congés pour nous remettre de cette expérience. Il semblerait que suite à son action héroïque, Tirius ai la côte auprès de Myria. Le trio passa le début de leur semaine de vacance à s'amuser entre eux. Moi je passais le mien avec Fydëdith. La pauvre était malheureusement alitée au lit suite à cette invocation qui l'a surmenée. Mais elle me rassura, ça n'était que passager. Toutefois elle s'inquiétait pour une amie à elle à la cité de Fran qui ne lui répondait plus.

Elle me demanda si je pouvais aller voir par moi-même, évidemment je ne pus refuser. Ainsi donc je me rendis dans la cité de Fran, confiante.
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Re: Les écrits de la prêtresse

Message par Hysis Aquamis le Mer 14 Aoû - 23:49

L'amie de Fydëdith que je devais voir se nommait Annabelle, Fydëdith m'avait dit exactement l'endroit où elle habitait. Si au début je voulais m'y rendre à pieds, je décidais au final de tenir compagnie à un brave paysan qui se rendait au même endroit que moi. Le voyage me parut assez court, quoiqu'un peu lent sur certains moment. Je remerciais le paysan en lui donnant quelques pièces d'or et le saluait. Alors c'était ça la célèbre cité de Fran ? J'aurais bien fait le tour de la ville pour visiter, mais je me suis décidée de faire ça juste après avoir pris des nouvelles d'Annabelle, après tout c'était pour ça que je suis venue à la base. Qu'elle ne fut pas ma surprise de tomber nez à nez avec Rol-Vunshi, Thalgor et XLII. Je me suis avancée vers eux, avec le sourire en leur demandant ce qu'ils faisaient là. Thalgor semblait être là pour ses affaires, XLII ne répondit pas vraiment, quant à Rol-Vunshi je remarquais un mouvement de recul de sa part au moment où j'ai posé cette question. Cherchait-il à cacher quelque chose ? Qu'importe, je leur répondais simplement moi, que j'étais venue prendre des nouvelles d'une amie, ce qui était vrai.

Rol-Vunshi voulut m'accompagner, pourquoi pas après tout plus on est de fou plus on rit. Sur le chemin, nous nous sommes séparés, Rol-Vunshi est venu avec moi au domicile d'Annabelle, tandis ce que Thalgor et XLII sont partis dans une forge, sûrement faire des emplettes. Arrivés devant la maison, je toquais, aucune réponse. Je m'aperçu vite que les volets étaient fermés, et en poussant la porte sentis une force de l'autre côté, elle n'était pas verrouillée mais je dirais qu'on avait placé un objet juste derrière. Rol-Vunshi lui, cria le nom d'Annabelle. Toujours aucune réaction, après quelques minutes à observer les alentours, nous vîmes des caisses de bois empiler qui pourraient nous servir d'escalier. Et bingo, il y avait une fenêtre ouverte ! Rol-Vunshi m'aida à me propulser vers la fenêtre, mais n'y a pas mis assez de force, je tentais de mon côté de m'agripper au rebord de la fenêtre, mais mes doigts glissèrent. Dans une ultime tentative pour atteindre cette fichue fenêtre, je plaçais mes mains juste sous mes pieds, et ai fait apparaître une colonne d'eau un instant pour projeter en l'air. Trempant complètement Rol-Vunshi par la même occasion, mais au moins j'avais atteint la fenêtre.

À l'intérieur, je ne remarquais rien de particulier, mais c'était la pagaille. Ne voyant pas Annabelle je descendis au rez-de-chaussée, là je vis allongée par terre, totalement inconsciente. Elle ne semblait présentée aucun dommage physique mais dans le doute je la soignais. Je remarquais alors quelque chose d'étrange : son corps semblait accepter le soin, mais pas son esprit, c'était assez bizarre à décrire. Pensant que cela était au-delà de mes compétences, je réfléchissais à un moyen de ramener Rol-Vunshi à l'intérieur, avant de me rappeler bêtement que les volets étaient fermés.... J'en ouvris donc un, et Rol-Vunshi pénétra à l'intérieur. Ensemble, nous avons analyser son mal pour finalement découvrir qu'il y avait peut-être un moyen d'y remédier. Je lançais mon sort Esuna, et la jeune elfe se réveilla brusquement, paniquée. Rol-Vunshi lui tira une fléchette pour qu'elle se détende. Elle semblait encore réticente à nous répondre, après même que nous lui ayons dit que nous ne lui voulions aucun mal, elle disait "C'est ce qu'ils disaient aussi !" Quand on demandait qui "ils" étaient, elle ne répondit pas, jusqu'à ce que je mentionne le nom de Fydëdith, elle comprit alors que nous n'étions pas des ennemis.

Elle nous expliqua que son ami Igor, fils de l'ancien régent de Fran avait été enlevé par un groupe avec d'obscurs desseins, ceux-ci voulaient se faire bien voir du célèbre Lynn Valmont. Après quelques discussion, et l'avoir mieux installer, nous sommes ressortis dehors, nous avions une destination et c'était les mines de Fran. Thalgor et XLII étaient prêts à nous accompagner, je me méfier quand même de Thalgor depuis cette histoire d'arme du Ka, aussi ai-je plutôt fait bande à part avec Rol-Vunshi. Arrivés devant la mine, celui-ci présenta un passe qui nous permit d'entrer tous les deux, derrière mon épaule je vis Thalgor faire rentrer XLII avec lui. Autant dire que nous avions donné les infos que nous connaissions du fameux groupe à XLII et Thalgor, ce dernier cru bon de révéler la raison de notre venue à un de ses collègues, et en échange de quelques pièces d'or celui-ci nous indiqua un escalier à emprunter, je redoublais encore plus de méfiance. L'escalier était assez étroit et ne permettait qu'à une personne de passer à la fois. Je me mis donc tout en dernière pour assurer nos arrières. Nous étions arrivés dans une nouvelle partie de la mine.

Les écrits de la prêtresse Damp-m10

En nous approchant nous vîmes un petit groupe d'individus jouer aux cartes, parmi eux il y avait des mercenaires que nous avions croisé lorsque nous en avions après le culte de Procrafis, et des nains. Tout cela ne me disait rien de bon, pour tenter une approche non barbare, Thalgor et XLII se sont avancés pour jouer aux cartes avec eux. Si au début la partie se déroula normalement, Thalgor finit par brandir son marteau, assommant les hommes à ses côtés, nous fîmes à notre tour irruption moi et Rol-Vunshi, et avons assommé les personnes nuisibles. Mais d'autres membres du groupe se sont ramenés en entendant le bruit, et ceux que nous avions assommés commençaient doucement à se relever. La bataille fit rage, mais nous finîmes par l'emporter, malgré le fait que je me sois pris un coup de hache, je soignais tout le monde et nous étions repartis. À partir de là nous avons laissé faire Thalgor qui s'était procuré la même tenue que les autres nains, parmi ceux qui étaient à terre. Après plusieurs minutes nous avons progressé dans la mine, trouvant une réserve de dynamite, mais toujours aucune nouvelles d'Igor.

Au bout d'un moment, Thalgor revint nous faisant le topo de la situation, apparemment au nord de notre position ils étaient tous réunis et ils l'avaient envoyé chercher une bière. Rol-Vunshi drogua la bière pour qu'ils s'endorment tous, et Thalgor repartit leur apporter leur hydromel. Après quelques minutes à attendre, nous en voyons déjà quelques uns revenir en soufflant du nez, pour s'effondrer de fatigue au sol directement après. Les concoctions de Rol-Vunshi étaient efficaces... Certains d'entre eux étaient restés éveillés, et vu que nous étions en sous nombre, nous avions décidé d'utiliser la dynamite pour nous occuper d'eux, même si je ne voulais pas au début, je ne dis finalement rien quand ils ont décidé de s'en servir. Thalgor envoya la dynamite, provoquant une superbe explosion dans la pièce où ils étaient. J'utilisais mon pouvoir d'eau pour dissiper la fumée, et je vis un corps qui se différencier des autres par sa taille et sa stature, c'était celui d'un adolescent. Nous nous sommes tous regardés, puis nous avons compris que c'était Igor, j'essayais au mieux de lui prodiguais mes soins, mais c'était déjà trop tard. Je fis signe aux autres qu'il avait déjà rejoint l'au-delà, au même moment nous avons entendu des bruits de bottes se rapprochaient, pris de panique nous nous sommes enfuis sans réfléchir. Quittant les mines comme des voleurs.

Nous avions un lourd secret à présent, et tout le monde se mit d'accord pour dire que nous ne devions pas le divulguer, j'avais d'énormes regrets sur ce qu'il venait de se produire. Mais ce n'est pas en regrettant que ça allait changer quoique ce soit. Tout ce tumulte allait sûrement engendrer un grand conflit au royaume de Pandora j'en avais bien peur, la mine dépitée, je me disais pour me rassurer qu'au moins, je pourrais dire à Fydëdith que son amie allait bien.
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les écrits de la prêtresse Empty Le départ pour Mids

Message par Hysis Aquamis le Jeu 15 Aoû - 0:32

Et voilà, nous y étions. C'était la dernière nuit que je passais à mon domicile avant de partir à la guerre contre Mids. Cette nuit-là j'eus un mal de chien à m'endormir. Je crois que j'avais un peu le traque, je me blottissais dans mes draps, c'était l'une des dernières choses qui me réchauffait car j'avais extrêmement froid bizarrement. Pourtant il ne faisait pas plus froid que d'habitude, non le terme exact n'était pas que j'avais froid, je tremblais. Tremblais de terreur, j'avais peur, pas que pour moi, nombre de mes amis et mes partenaires allaient participer à cette guerre, et je sais que c'était impossible qu'elle se finisse sans faire de morts. Je priais intérieurement pour que ma sœur, Heilys ne soit pas touchée par ce fléau. J'avais l'impression que partir en guerre contre Mids revenait à dire que nous partions en guerre contre l'incarnation même des ténèbres. Plus j'y pensais, et moins ça me rassurait. Rorium vint me rejoindre sur mon oreiller, je devais l'avoir réveillé.

Les écrits de la prêtresse 0ce20d83ee3cdb33c104f1babbc71eac

Il frotta son museau contre mon nez. Il avait de la peine pour moi je le sentais, mes tremblements s'étaient arrêtés, laissant place un sourire, et des larmes coulant le long de mes joues. Je n'avais pas pu les contrôler, je ne sais même pas pourquoi je pleurer à vrai dire. Rorium s'écarta, pensant avoir fait quelque chose de mal. Il n'en était rien, et pour lui prouver, je le caressais il se mit sur le dos. Et tendis que je lui grattouillais le ventre je lui parlais, la voix mi brisée sûrement à cause de la tristesse.

" - Je ne comprends pas, pourquoi les choses doivent-elles être ainsi, pourquoi cette guerre ? Cela m'attriste Rorium, que nous ne puissions résoudre ce conflit autrement, mais les forces des ténèbres sont derrière tout ça et ne sont pas ouvertes à la discussion. Tu sais, je n'ai pas envie de te perdre non plus mon petit Rorium".

Je me suis arrêtée de lui gratter le ventre, et j'ai séché mes larmes. Je me suis alors rendu compte que je ne battrai pas pour les idéaux d'un roi ou autre, non je me battrai pour Rorium, pour tous ces gens innocents qui n'ont rien demandé ! Pour ma sœur, pour tout ces gens que j'avais rencontré dans ma vie ! Je n'étais pas seule, ils étaient là avec moi, et ils seront là aussi. Nous nous battrons côte à côte une fois de plus, et nous sortirons victorieux de cette guerre. Pour les peuples des différents royaumes qui n'ont rien demandé, pour le triomphe de la lumière ! Pour Gaïa !!! Je caressais une fois de plus Rorium avant de m'assoupir complètement en lâchant "Merci" à Rorium, il m'avait ouvert les yeux. Je crois que j'étais enfin prête à donner de ma personne dans cette guerre. Je ne me souvins pas de mes rêves cette nuit-là, j'eus seulement l'impression de revoir cette silhouette entourée de lumière qui me tendait la main. C'était l'aurore, je ne devais pas tarder les bateaux n'allaient pas attendre après moi.

Avant de partir, je confiais Rorium à Fydëdith, lui expliquant comment s'en occupé. J'en profitais pour faire un petit coucou à Aerendyl. Et je partis, en faisant à bientôt de la main. Une fois arrivée au port, je découvris Terra, Ventum et même Athelleen qui était mage du feu, originaire de Mids. J'avais conseillé les deux autres au vu de leurs capacités pour qu'ils m'accompagnent, quant à Athelleen, j'imagine qu'elle servira de guide en plus de nous offrir ces capacités. Elle était déterminée à sauver son royaume. Bien, nous sommes tous les quatre montés sur le pont du navire et sommes partis du port de Pandora. J'eus un léger pincement au cœur je dois l'admettre en nous voyant nous éloigner des côtes. Les élèves, en apprenant que nous partions en guerre, nous avaient fait des lettres à chacun, je me suis rendue compte que je n'avais pas encore ouverte la mienne, attendant certainement le dernier moment. Et c'était le dernier moment.

J'ouvris donc cette lettre pour y découvrir des petits mots gentils de la part des élèves, je découvris tout en bas à droite de la feuille un mot d'Auguste disant "Vous avez intérêt à revenir en vie ! Il vous reste des cours à nous apprendre !" un autre de Mylia "Faites très attention à vous ! Nous vous voulons en un seul morceau une fois tout ça fini !" et un autre de Tirius "Montrez leur de quel bois vous vous chauffez !". Je souris, et j'ai fermé cette lettre.
Ils comptaient sur moi, et il était hors de question de les décevoir.
Hysis Aquamis
Hysis Aquamis
Légende
Légende

Messages : 101
Points : 185
Date d'inscription : 10/04/2019
Localisation : Cité d'Ondinus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum