La date/heure actuelle est Lun 18 Jan - 12:32

Informations

Fragments destinés aux âmes errantes.Ci-gît, l’unique vestige d’une époque à présent révolue. N’imaginez pas une histoire grandiose ou une épopée pleine de rebondissements. Il ne s’agit là que de quelconque jeu de pouvoir. Tout commença lorsque le souverain Pandorien H.Dyrwoodan fût choisi par le Gan lui-même pour lui succéder. L’entité supérieure voyait en lui celui qui aurait été apte à prendre sa place. Le roi, soucieux d’équité, refusa part peur de représailles ou complots nourris par la jalousie des laissées-pour-compte. Il aurait surement dû accepter, sa vie en aurait été différente. Il ne reste plus grand-chose de lui, il laisse derrière l’image d’un homme épris de justice. Enfin c’est ce qu’il aurait aimé savourer, mais en réalité, il en est devenu l’incarnation de la tyrannie. Il sombra dans l’oubli décédant de maladie. Nous en arrivons donc au non illustre Rol Vunshi, ce roi avide de pouvoir et bouffi d’orgueil. Il vivait dans un monde rempli d’art, mais n’en avait pas la créativité et encore moins l’âme d’artiste. Il était tout au plus un bon tâcheron. Vous savez, ces apprentis qui restent auprès de grands enlumineurs, mais qui ne feront jamais rien de concret, car sans potentiel. Imaginez même, il s’était entaillé la main avec un couteau en voulant réparer une machine qu’il lui fallait de suite. Il était incapable de mesure, et surtout, il fomenta pour disposer plus de pouvoir. Pour devenir tout au plus un pastiche grotesque des puissants. Il se raconte qu’il est mort seul, au sommet d’une montagne, sans avoir connu l’âme sœur. Triste personnage qu’il était. Malgré tout, des individus se sont érigés en légende. Qu’il s’agisse de ce nain Birgril, qui a su prouver qu’il disposait d’un cœur pur et d’un courage inégalable. De ce chevalier errant nommé Karl qui aura été jusqu’au bout de sa mission, qui en aura perdu la vie pour tenter d’offrir à sa sœur la vie qu’elle méritait. Il en reste d’autres, de nombreux autres sans qui cette fable n’aurait pu exister, je pense à Evangel, Daario, Alar et j'en passe ou encore Nym, lâchement poignardé dans le dos. Encore un. Finalement, le Ka nous rattrape tous, leurs descendants aspirent à autre chose, mais ils oublient surement que le Ka est un éternel recommencement. Le futur n’est que trahison, coup d’État et orgueil, un triptyque malheureusement intemporel.