Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin

Aller en bas

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Empty Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin

Message par Rol-Vunshi Jeu 10 Déc - 22:29

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Leorga13
Ponctuel, il conserve sa montre en tout temps.

« Ne pas arriver en avance est un travail tout aussi difficile que d'éviter le retard ».

Grand camarade de la Guilde Etrangère, le mercenaire que voici s'est vu gratifié de nombreuses récompenses au cours de sa prestigieuse carrière de corsaire.

Dépositaire d'une lettre de marque dans la plupart des ports du monde, il est le bras armé du royaume cotobrois contre la piraterie.
On l'engage souvent, lui et sa guilde de mercenariat, dans des missions qui pourraient être confiées à la marine, un prestige qu'il a maintenant l'habitude de recevoir puisqu'il aurait réussit la presque totalité des tâches qu'on lui ait confié.

Lorsqu'il est présent au royaume, il loge à la Chambre de la Guilde Etrangère où lui est ses compagnons accueillent les recrues en bons ivrognes. On peut parfois le rencontrer aux cérémonies militaires, quoiqu'il s'y présente rarement, et y admirer le nombre satisfaisant de médailles qui pendent à sa poitrine.


Dernière édition par Rol-Vunshi le Sam 12 Déc - 12:28, édité 1 fois
Rol-Vunshi
Rol-Vunshi
Grand héros
Grand héros

Messages : 81
Points : 335
Date d'inscription : 12/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Empty Vieilles Pirateries — une cachette point judicieuse

Message par Rol-Vunshi Ven 11 Déc - 15:35

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Pirate10
Un travail rebutant.

Le lieu n'était pas propice à un tel travail.

Enterrer leurs biens ici était une mauvaise idée, Leorgas le savait, Eliès le savait, et la plupart des tocards qui servaient d'équipage au Ship-Ie Domassien le savaient aussi.

Pourtant personne n'avait élevé la voix contre leur capitaine. Nul n'avait osé le braver, si on ne comptait le pauvre Jack dont le corps massacré gisait sur le sol marécageux aux côtés des deux pirates. Le mousse avait émit l'idée qu'enterrer leurs trésors en plein marais, au beau milieu de la jungle de Domas, n'était sans doute pas une excellente idée. Son intervention, qualifiée de mutinerie par un capitaine déjà dérangé s'était soldée par une mort à grands coups de sabre et une tombe qui allait être creusée à l'endroit même qu'il souhaitait éviter.

Les deux larbins choisit pour cette tâche n'étaient pas à proprement parler des personnes faibles ou chétives.
Il s'agissait de deux gaillards d'une vingtaine d'années dont le corps robuste et les quelques exploits illégaux les avaient menés vers un équipage de pirate, qui bien content de trouver une main d'œuvre fraîche s'était empressé de les recruter. N'allez pas croire qu'ils étaient bien traités pour autant, les hauts et bas de la vie criminelle ont de ça qu'ils n'apportent rien de bon pour les plus faibles et la vie en haute-mer ponctuée d'escale clandestine ne faisait qu'accentuer leur ressentiment pour ce choix qu'ils n'avaient pas voulu faire.

On les traitait mal mais les deux hommes n'étaient pas idiots et au cours des deux années qu'ils avaient passées aux côtés des ignares du Ship-Ie Domassien, ils avaient comprit une chose ; Ils valaient bien mieux qu'eux.

Le plus jeune des deux, et aussi celui qui avait le plus souffert des mauvais traitements qu'on lui infligeait, se prénommait Eliès Swan. Il passait son temps à courber l'échine de peur qu'on lui assène un coup et promenait le pont de son regard craintif en quête de cachette efficace. Il craignait d'avantage son propre équipage que les ennemis qu'ils abordaient périodiquement, des activités au cours desquels il pouvait exprimer toute la rage qu'il contenait en lui.
Eliès se tenait les deux pieds dans la boue, une pelle rouillée à la main et semblait attendre que son compagnon commence à creuser.

Son compagnon justement, nommé Leorgas, était agenouillé sur le corps humide du défunt et semblait ruminer de sombre idées. Ainé de leur binôme, il était généralement plus bavard et enclin à partager ses émotions avec son "collègue", car si il appréciait Eliès, il ne l'aurait jamais appelé son ami. Après deux rudes années au cœur d'un équipage pirate, l'homme avait put tirer de nombreuses leçons, mais les récentes sautes d'humeurs de son capitaine lui laissait penser qu'il était temps, pour lui et pour Eliès, de quitter cette vie. Et cela, il ne comptait pas le faire les mains vides.

Après avoir refermé les yeux encore ouverts du mousse, Leorgas détourna ses yeux de ce visage qui s'était déformé sous la douleur et fit un geste à son équipier pour lui signifier de garder le silence. Il n'aurait pas supporté une question maladroite ou une réflexion défaitiste de sa part. Pour couper court à toute discussion il se dirigea sous une cascade de lianes et commença à chercher un lieu au sol plus ferme pour qu'ils puissent y enterrer les biens qu'on leur avait confié.
Après une recherche de plusieurs minutes, pendant laquelle les deux pirates trébuchaient contre les racines ou s'embourbaient dans les sables, Eliès finit par apercevoir un endroit qui lui sembla convenir.

— Là, ça me semble correct.

Leorgas s'était figé avant de se tourner doucement vers l'endroit que lui montrait son compagnon.
Un arbre au tronc gorgé d'eau trônait sur un petit bout de terre qui émergeait du marécage. Ses racines s'étalaient en arc de cercle pour plonger dans les marres, entourant une bande de terre nue qu'on aurait put croire laissée là exprès pour leur tâche. Leorgas s'avança et découvrit la mousse qui s'étaient amassée par endroit, palpa le sol et finit par se tourner vers Eliès pour hocher la tête. Ce serait là que le trésor du Ship-Ie Domassien allait être enterré.

Pendant qu'il commençait à creuser, Leorgas commença à imaginer son plan et cherchait les mots pour convaincre son collègue. Il décida finalement qu'il lui expliquerait le tout sur le chemin du retour et se concentra pour noter l'emplacement du trésor tandis qu'il rejetait une énième pelletée de sable sur le marais.
Rol-Vunshi
Rol-Vunshi
Grand héros
Grand héros

Messages : 81
Points : 335
Date d'inscription : 12/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Empty Vieilles Pirateries — phare dans la nuit noire

Message par Rol-Vunshi Sam 12 Déc - 13:27

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Brunin10
Nouvelle ère, nouvelles cendres.

Le Ship-ie Domassien avait été arrimé aux pontons d'une énième planque que le capitaine avait jugé suffisamment sûre pour accorder fête et boisson aux matelots.

Leur cachette se trouvait sur une des nombreuses îles si petites qu'elles sont absentes de presque toutes les cartes maritimes. L'équipage y avait déjà fait escale plusieurs fois, ils y séjournaient généralement une semaine et y avaient installé un chemin de rondins destiné à accueillir la coque du navire pour le mettre en cale-sèche.
Ce soir là les pirates fatigués par une traversée éprouvante avaient décidé de remettre le travail au lendemain et avaient ouvert les barils de rhum pour commencer à fêter leurs récentes victoire sur la marine cotobroise.

Eliès s'était vu chargé de transporter les barils de rhums dès qu'il venait à en manquer et faisait de longs aller-retour dans la nuit noire, du navire jusqu'à la plage où quelques feux avaient été allumés dans une insouciance complète. On festoyait, on chantait à tue-tête, on se bagarrait, bref une nuit de piraterie dans l'ivresse, une nuit de piraterie pendant laquelle Eliès et Leorgas ruminaient leur plan, une nuit qui changerait tout.

Un énième baril roulait sur le ponton de bois, le jeune pirate s'apprêtait à l'emmener vers les ivrognes quand Leorgas surgit de l'obscurité et se planta juste devant lui. Sur son visage on voyait qu'une décision importante venait d'être prise et son regard inquisiteur cherchait à voir si son compagnon serait prêt à sauter le pas.
Eliès comprit que le moment était venu et une vague d'excitation monta en lui. Il s'attendait à être stressé mais cela faisait déjà deux jours qu'ils attendaient et les deux pirates bouillonnaient désormais tout deux d'impatience.

Allons-y alors, murmure Eliès en exhalant dans l'obscurité. Le pirate immobilisa le tonneau qu'il poussait quelques instants plus tôt et se tint rebroussa chemin pendant que son compagnon rebroussait chemin dans l'obscurité. Ce serait simple, les ignares du Ship-ie Domassien n'avaient même pas placer de sentinelles sur le navire à quai. Eliès y grimpa en toute hâte et se dirigea directement vers les cales où était entreposée la poudre pendant que Leorgas sortait lentement son sabre d'abordage et pénétrait dans la cabine de leur capitaine.

Ils savaient tout deux que ce qu'ils s'apprêtaient à faire ne devait laisser aucun témoin, aussi leur plan ne faisait-il grand cas du sort de leurs anciens compagnons. Un sort peu enviable qui ne devait laisser aucune équivoque quand au silence auquel il les contraindrait, et aucun sein de la piraterie nul secret n'était mieux tenu que par les morts.
Les cales était un capharnaüm mais Eliès les connaissait bien et y trouva ce qu'il cherchait en quelques minutes et entreprit de les rassembler. Pendant ce temps Leorgas rassemblait ce qui avait de la valeur, cartes, instruments de navigation, trophées de chasse, etc et plaçait tout dans de petits coffres qu'il allait ensuite disposer dans une barge située à l'arrière du navire.

Voler les derniers trésors de ces forbans et s'apprêter à détruire leur dernière possession ne pouvait que les ravir. Deux années s'étaient écoulées depuis qu'en enfants naïfs ils s'étaient présentés aux pirates d'un air vantard. Deux années qui les avaient changé, bien plus que ce qu'il n'admettrait jamais. Ils avaient le sang d'honnêtes gens sur les mains, avaient profité de leur force pour dominer les mers aux côtés de criminels sanguinaires. Ils ne vous le diront jamais, s'inventeront des excuses, mais ces années leur furent plaisantes et ce n'est que la soif de trésors qui les poussa à agir de la sorte en ce soir de félonie.

Alors que les fêtards continuaient leurs jeux sur la plage, les deux traîtres continuaient leurs travaux dans un silence de mort. Eliès avait terminé de rassembler la poudre et avait maintenant entreprit de subtiliser le maximum de nourriture pour laisser le reste non loin des nombreux barils de rhum. Son compagnon avait lui aussi terminé sa tâche et s'était placé en haut des échelles de cordages pour prévenir la venue d'un membre de l'équipage. Il l'espérait en fait, il espérait précisément que ce soit le capitaine qui se présente pour qu'il puisse lui planter son sabre dans la gorge, il en avait rêvé pendant des semaines. Mais ses espoirs étaient déçu, personne ne venait et il était temps de partir, Eliès s'impatientait, il avait terminé d'étendre une immense mèche qui devait relier les barils de poudre au pont, conformément aux instructions.

Les deux compères se tournèrent d'un seul homme vers ce petit bout de ficelle qui devait sceller le sort de tout un équipage. Sans faire de cérémonie, Leorgas s'empara d'une pierre à feu et l'alluma d'un geste rapide.

— A nous la liberté.

Tandis qu'ils ramaient pour s'éloigner de l'équipage trahi et de cette île dont il se souviendrait toute leur vie, Eliès posa une dernière fois ses yeux sur Ship-ie Domassien avant que ce dernier ne disparaisse. A cet instant qui lui parut durer plusieurs minutes, la coque sembla se boursoufler pour se transformer en milliers d'échardes avant qu'elle ne cède sous la puissance du souffle qui les projeta sur une centaine de mètres, une explosion retentit sur les flots, soufflant les vagues de l'océan en sens inverse. Une fumée opaque s'élevait de la poussière qui restait du navire, en son cœur les restes du vaisseau brûlaient en un incendie destructeur. Les flames s'élevaient vers les cieux, véritable phare dans la nuit noire.

Quelques instants plus tard l'obscurité tomba sur l'île et seule une petite lumière, issue de la lanterne des deux pirates, s'en éloignait au rythme de leurs coups de rames.
Rol-Vunshi
Rol-Vunshi
Grand héros
Grand héros

Messages : 81
Points : 335
Date d'inscription : 12/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Empty Vieilles Pirateries — félonie ou justice ?

Message par Rol-Vunshi Sam 12 Déc - 20:27

Leorgas Sans-nom — Mercenaire marin Zyles10
L'Île se confond dans la brume.

Ils avaient ramées à tout de rôle pendant plusieurs jours, jusqu'à arriver aux îles sur lesquelles ils avaient conclut leur accord. Celle-là même où ils avaient enterré le trésor, le vieux Jack et leur fidélité envers leur ancien capitaine.

Ils y revenaient pour la première chose, un trésor confortable qui permettrait à chacun d'entre eux de se relancer, dans la vie de pirate ou dans une autre. Les deux hommes avaient conclut qu'ils se départageraient les richesses en deux part égales mais pourtant, plus ils approchaient du fruit de leur larcin, plus une tension s'installait sur la barge et le voyage qui se faisait célébrant au départ s'était vite mué dans un silence complet. Seuls quelques mots étaient échangés lorsque l'un d'eux en avaient marre de ramer.

Leorgas, fatigué de ce silence dont il n'avait pas l'habitude, profita d'être en vue du minuscule archipel pour relancer une énième fois la conversation.
— On y est bientôt. Qui creusera pour déterrer l'or ? Toi ou moi ?

Son compagnon le fixait tandis que Leorgas ramait avec vigueur et prit plusieurs minutes pour répondre à sa question, comme pour toutes les autres qui l'avaient précédé.

— On devra surement s'y mettre à deux, l'endroit est vraiment merdique.

— Ca tu l'as dis, il devenait vraiment cinglé le capitaine.

Le trait d'humour tomba à l'eau et aucun rire ne vint conforter Leorgas. Pas même un sourire. Il était fatigué de voir Eliès dans cet état apathique, après tout ils allaient tout deux devenir riche, très riche, il y avait de quoi sourire au minimum, même à la pire blague que les flots aient porté. Sa déception le déconcentra légèrement et les rames s'entrechoquèrent avec la barge, ce qu'Eliès remarqua immédiatement.

— Tu sembles fatiguer, laisse moi prendre le relais. Cela fait bien deux heures que tu rames sans relâche.

Leorgas s'apprêtait à protester, dire qu'ils n'étaient plus qu'à une heure de leur destination mais Eliès s'était déjà levé en s'étirant, et tendait sa main vers les rames. Leorgas se rappela qu'un dur labeur les attendaient une fois arrivé et céda sa place pour s'abriter à l'avant de leur barge. Ils y avaient bricolé un abri de toile qui permettait à une personne de se tenir dans l'ombre. Pendant qu'Eliès reprenait de l'allure, il s'y installa et s'y assoupit rapidement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Plus tard, alors que Leorgas dormait depuis près d'une demi-heure, il se sentit secoué par son camarade.
Ce dernier lui donnait des coups de pieds en se tenant de l'autre côté de l'embarcation, et lorsque Leorgas ouvrit les yeux, il comprit après plusieurs secondes pour s'accoutumer au soleil qui l'éblouissait, à quel point il avait été naïf.

Je vous vois venir, vous pourriez penser que son camarade s'était mis torse nu, qu'il s'apprêtait à dormir contre lui et qu'un goéland s'était posé sur la barque, après tout c'est ce qui arrive souvent dans ce genre de situation. Pourtant il n'en était rien et au lieu de ça, Eliès se tenait à quelques mètres de lui, pointant un sabre d'abordage à l'encontre de son partenaire.
En plissant les yeux, Leorgas reconnu son arme qui pendait à sa ceinture avant qu'il ne s'endorme.

— Saute par dessus bord Leorgas.

En balayant son regard autour de lui, il comprit que son adversaire avait prévu le coup et rassemblé tout ce qui aurait put servir d'arme de son côté de la barque, hors d'atteinte. Eliès venait de lui ordonner de sauter, cela signifiait deux choses, primo ; le pirate comptait s'approprier l'entièreté du trésor, secundo ; il ne comptait pas tuer Leorgas. En effet, même en sautant à cette distance il lui suffirait de nager pour un peu moins d'une heure pour rallier l'île. De là il saurait se débrouiller pour survivre et si non ce n'était plus le problème du traître.

— Tu devrais me tuer Eliès, où tu sais ce qui arrivera.

Le pirate ne répondit pas, du moins pas oralement, ses yeux fixèrent Leorgas et il put y lire diverses émotions.
Gratitude, crainte, haine, joie, colère, un ensemble de choses qui poussaient Eliès à le laisser partir, sans doute obéissait-il à son propre code d'honneur, celui que tout pirate s'est forgé après avoir mené son premier abordage. Peut être voulait-il simplement expier la faute en même temps qu'il la commettait, considérer qu'il sauvait Leorgas avant de lui voler tout. Ses yeux restaient de simples yeux et Leorgas y lu quelque chose qui n'était certainement pas ce qu'Eliès pensait mais toujours est-il qu'il hocha la tête avant de lentement passer par dessus bord.

Tandis qu'il s'immergeait complètement il restait accroché à l'embarcation, restait accroché au regard que lui portait Eliès Swan, le pirate qui l'avait trahi. Au delà de son regard il voyait déjà sa vengeance, une vengeance qu'il savourerait sans partage, quel qu'en soit le prix.
Des pensées de morts futures et passées animaient les deux esprits de ces pirates désormais rivaux, alors Eliès se pencha sur les rames, et les plongea dans l'eau pendant que Leorgas nageait en direction de l'île au trésor. Il n'arriverait pas à temps pour le récupérer, il n'arriverait pas non plus à temps pour coincer Eliès, mais il arriverait à temps pour survivre et un jour se venger.
Rol-Vunshi
Rol-Vunshi
Grand héros
Grand héros

Messages : 81
Points : 335
Date d'inscription : 12/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum